Préambule CGT CSE Siège du 27 novembre 2018

Non au management déshumanisé

Les nouvelles instances représentatives du personnel se mettent en place. Le Comité Social et Économique (CSE), qui se substitue grosso modo au CE.  Sa commission santé sécurité et condition de travail (CSSCT) qui remplace le CHSCT. Les représentants de proximité qui s’apparentent aux DP.

Des instances fusionnées mais avec moins d’élu-e-s, moins de moyens et moins de pouvoir notamment pour la CSSCT. Le fait que les suppléants ne siègent pas complique également la bonne marche du CSE. Le Medef peut dire « Merci Macron » à celui qui vient ainsi, avec ses Ordonnances, d’affaiblir considérablement les droits de représentation des salariés dans les entreprises.

Si la direction estime nécessaire un dialogue social digne de ce nom, si elle veut donner du contenu au prix du dialogue social et aux accords innovants qu’elle brandit comme des trophées, elle doit s’employer à lever ce qui entrave le bon fonctionnement des instances et à changer d’attitude. La défiance manifestée par une partie de l’encadrement envers les salarié-e-s syndiqué-e-s, les élu-e-s et représentant-e-s du personnel est une atteinte à la démocratie sociale. Les élu-e-s et mandaté-e-s doivent être remplacé-e-s quand ils exercent leurs mandats. Les suppléant-e-s doivent pouvoir être détaché-e-s en cas de force majeure.

Chacun le sait, France Télévisions va subir de fortes turbulences avec la restructuration liée au virage numérique. Elle doit impérativement réussir cette transformation dans un contexte aggravé de coupes budgétaires et de suppressions d’emplois imposées par le gouvernement. Dans ce cadre, le rôle des élu-e-s vis à vis des salarié-e-s sera encore accru.

Nous, les élu-e-s du personnel, nous avons une responsabilité particulière envers les salarié-e-s. A ce jour les engagements pris par la Présidente Delphine Ernotte dans son projet stratégique en mars 2015 sont loin d’être remplis. FTV est encore très loin d’être le reflet de la France et de toutes les cultures. Il y a toujours un abîme entre les ambitions et la réalité : des ressources humaines et des directeurs plus que jamais éloigné-e-s des salarié-e-s, un manque considérable d’empathie et de sensibilité.

La souffrance au travail, la gestion par le stress, les déménagements, les changements de métiers, la perte de repères, un management déshumanisé, dénoncés dans de nombreux rapports sont une plaie vive au sein de l’entreprise. Ce phénomène faisait déjà l’objet du CE extraordinaire du Siège du 6 septembre dernier, et aujourd’hui, le problème reste entier.

Ce mardi 27 novembre, un préavis de grève touche les salariés des plateaux du Siège, en surcharge de travail, quand il leur faut enchaîner la fabrication de quatre émissions en une seule journée. Le sujet a fait l’objet d’alertes diverses, dans les instances, au sein des groupes de travail sur la réorganisation des moyens internes de fabrication, à l’occasion d’une saisine en application de l’Accord sur la prévention des conflits… En vain… la direction nous renvoie à de nouveaux groupes de travail sans prendre la mesure de ce qui survient.

La grève a donc lieu et la direction en porte l’entière responsabilité. Elle n’a pas daigné mesurer l’ampleur du phénomène. Comme elle se refuse à mesurer la dégradation du climat social dans un nombre croissant de services, dans les rédactions, aux sports, à la communication, et bien entendu aux programmes, dont il sera beaucoup question lors de ce CSE du Siège de novembre.

Une pensée aussi pour les JRI de France 3 qui déménagent, et fusionnent cette semaine avec leurs confrères de France 2, après avoir été pendant 2 ans aux premières loges de la déconstruction de la rédaction nationale de France 3.

Ils ont vu les services partir les uns après les autres, subi les mouvements de cloisons, la transformation des bureaux en entrepôt et l’Atrium devenir un désert sinistre. Pour les JRI de France 3, la fusion a été une tragédie douloureuse et la négation d’un collectif de travail qu’on appelle une rédaction.

le 27 novembre 2018

Pour télécharger le préambule, cliquez ici ☞

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *