Élections professionnelles : Un enjeu crucial

Élections professionnelles : Un enjeu crucial

L’enjeu de ces élections est très important. Dans les mois qui viennent, France Télévisions va connaître une transformation sans précédent. Un véritable Big Bang décidé par le gouvernement et relayé par la direction, qui va avoir des conséquences sur les près de 10000 salarié-e-s de l’entreprise, permanents et non permanents.

Saignée sociale

Près de 400 M€ à économiser à l’horizon 2022, c’est plus que toutes les économies que nous subissons depuis 2012, qui ont pourtant déjà conduit à réduire de 10% les effectifs du groupe, avec les conséquences que l’on sait, en particulier sur les conditions de travail.

Nous estimons que ces nouvelles économies pourraient conduire à supprimer près de 2000 postes, soit un quart des effectifs permanents. Par ailleurs, la direction ne cache pas son intention de revoir en profondeur l’Accord collectif de mai 2013, âprement négocié par la CGT pour faire encore plus d’économies sur le dos des salariés.

Révolution numérique

La place du service public dans la révolution numérique est un enjeu capital. FTV doit investir massivement dans ce secteur pour ne pas risquer le décalage avec les usages des citoyens et retrouver les publics qui délaissent les chaînes traditionnelles, en particulier les jeunes. Mais cela ne doit pas se faire au détriment de notre offre de télévision linéaire, que regardent encore des millions de téléspectateurs.

Le virage numérique va entrainer une profonde modification des pratiques et l’apparition de nouveaux métiers. Si la CGT ne s’oppose pas à une évolution maîtrisée des métiers, cela ne veut pas dire polyvalences tous azimuts sans garde-fous. Cela ne peut se faire qu’au travers de projets de développement à travers lesquels les salarié-e-s doivent pouvoir être pleinement acteurs de leur évolution professionnelle.

Réforme de l’audiovisuel public

L’État pousse les entreprises de l’audiovisuel public à se rapprocher, avec l’idée obsessionnelle de faire des économies. Vu depuis les salons dorés de Bercy ou de la Rue de Valois, l’équation est simple : il n’y a qu’à nous mutualiser pour faire baisser la masse salariale… En réalité, la volonté du gouvernement est de réduire la diversité de l’offre de radio et de télévision pour les citoyens.

Cela a commencé avec l’arrêt de France Ô, le transfert de France 4 sur le web, le projet de déménagement de la station régionale de Paris Île de France Vanves au Siege.

A l’heure où les périls montent de toutes parts, réduire le périmètre et les missions du service public est irresponsable.

La CGT dénonce ce rétrécissement du bouquet du service public. Nous mènerons le combat pour l’emploi des permanents et non permanents directement visés par ces décisions.

La CGT, le meilleur outil au service des salariés

Emploi, salaire, temps de travail, activité, métiers, service public, les enjeux seront de taille durant les 3 années qui viennent.

La CGT a fait la preuve du sérieux de ses analyses, de sa force de travail, et de sa capacité à faire bouger les lignes dans l’intérêt des salariés.

CSE du Siège

Réorganisations successives

Les salarié-e-s du Siège subissent depuis des années les effets des réorganisations successives. Fusions, mutualisations, déménagements sans fin. La CGT exige de la visibilité et de la stabilité pour les salarié-e-s. Une entreprise ne peut pas changer de cap en permanence, au gré des alternances politiques ou des lubies du gouvernement et des directions. Les salarié-e-s doivent pouvoir se projeter dans un avenir professionnel stabilisé, avec un véritable projet d’entreprise, ancré dans les valeurs du service public, du pluralisme et de la diversité.

L’incertitude sur l’avenir

Que ce soit à la rédaction nationale, dont la fusion brutale est toujours douloureusement vécue, chez les administratifs dont les effectifs ont été jugés « pléthoriques » par des parlementaires « bien intentionnés », sur les plateaux et dans les régies du Siège où l’on charge la barque de plus en plus, dans le secteur du numérique où le pourcentage de prestataires extérieurs dépasse de loin celui des salarié-e-s de FTV, à la communication visée par l’externalisation, aux sports, aux programmes, aux moyens généraux, chacun peut se sentir menacé par les annonces. Tous pourront compter sur la CGT pour que l’emploi de chacun soit garanti et les conditions de travail respectées.

Gestion des activités sociales et culturelles : plus de transparence

La CGT entend maintenir des offres d’activités et d’aides nombreuses aux salarié-e-s du Siège (voyages, aides aux vacances et à la famille, aide au sport et à la culture, billetterie, etc.).

Nous souhaitons donner plus de transparence dans les choix en y associant plus étroitement les salarié-e-s. De même nous nous efforcerons de garantir un accès identique aux salarié-e-s des différentes implantations du Siège.

Cliquez ici ☞ pour télécharger la profession de foi ainsi que la liste des candidats CGT au CSE

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *